19149593

Il y a 28 ans, un vaisseau extra-terrestre rempli de réfugiés s'est arrêté au-dessus de l'Afrique du Sud. Sous la direction d'une société privée, la MNU, ils sont parqués dans le District 9 où ils sont pratiquement livrés à eux-mêmes. Wikus van der Merwe est un agent de la MNU chargé de reloger ces extra-terrestres dans un nouveau camp mais suite à un accident, il devient "l'ennemi public numéro 1"

Le début du film est tourné de façon inhabituelle, sous forme de documentaire avec interviews et documents à la clef, et laisse un peu perplexe quant à la pertinence de ce choix. Puis il faut admettre que ce choix trouve sa raison d'être pour expliquer la situation avant de transformer le documentaire en film (dans un mouvement parfaitement naturel.)

J'ai été prise dedans à partir de la transformation de Wikus van der Merwe, partagée entre fascination et dégoût. Dégoût parce que les étapes du processus de transformation m'ont rappelé un traumatisme lié à la transformation de Jeff Goldblum dans La Mouche. Ames sensibles s'abstenir, parce qu'ici les effets spéciaux et le maquillage ont 25 ans de plus. Fascination pour sa déchéance de l'état d'humain à l'état de cobaye et de paria (avec toutes les interrogations existentielles qui en découlent).

La répugnance éprouvée à l'égard des "crevettes" laisse place à la sympathie  et à la fin, c'est bien l'homme qui est un monstre, et non les extra-terrestres. Le rythme devient de plus en plus haletant et le sort de Wikus est inéluctable, et pourtant, malgré ses faiblesses qui le poussent à la mesquinerie (le mot trahison serait trop fort), on voudrait vraiment qu'il s'en sorte. Bref, un film vraiment intelligent.