chattamAlors que Guy de Timée, après avoir affronté Hubris, pense pouvoir trouver la paix en compagnie de Faustine dans le Vexin, une famille est massacrée par le Croquemitaine. Son obsession pour trouver les racines du Mal le reprend et il se lance à la poursuite de l'assassin.

J'ai trouvé cet opus beaucoup plus crédible, et d'une certaine manière, plus réfléchi, que le premier. L'enquête sur le Croquemitaine n'est qu'un prétexte qui débouche sur une affaire plus importante qu'on ne le pensait. On assiste aux prémisses de la police scientifique sans tomber dans une modernité à la limite de l'anachronisme comme avec l'étude graphologique du tome 1. De même, le profilage effectué par Guy de Timée reste plutôt crédible et moins poussé que celui qu'il effectue dans Léviatemps.

Après l'euphorie des retrouvailles, j'ai pris le temps de savourer ce deuxième tome de Maxime Chattam. Encore une fois, l'auteur distille des indices dans le texte qui permettent au lecteur d'échaffauder des théories en même temps que le héros. Cette manière de procéder possède un inconvénient: c'est qu'il n'y a aucune grosse surprise concernant le dénouement. Cela dit, j'apprécie d'avoir matière à réfléchir; quitte à ne pas être époustouflée par la fin du livre. J'aime beaucoup le personnage de Guy qui sait montrer ses forces et ses faiblesses sans être ni arrogant ni pathétique. J'aime également l'ancrage historique dans l'année 1900, moment charnière entre un siècle moderne et un autre plus traditionnel.

Pour moi, Maxime Chattam est un auteur de polars à l'américaine. C'est intelligent, efficace et passionnant et je trouve qu'il écrit extrêmement bien. Son texte est fluide sans être bêtifiant; il sait alterner intériorité et action et transforme un polar en véritable littérature. (Je ne veux pas dire par là que le polar est un sous genre de la littérature; je pense juste que parfois, le texte passe après l'enquête et manque cruellement de qualités littéraires).