imagesBen et Chon cultivent le meilleur cannabis de Californie et leur trafic florissant attire les convoitises d'un cartel de la drogue. Pour les contraindre à coopérer, le cartel enlève O., leur petite amie commune mais c'est sous-estimer les liens qui unissent Ben, Chon et O. Les deux jeunes hommes partent alors en guerre contre le cartel.

J'ai eu un peu de mal à entrer dans le film, surtout à cause de la photographie. Le début ressemble à une publicité estivale pour du parfum avec gros plan sur une blonde à moitié nue cheveux au vent avec une musique conceptuelle... Pourquoi pas. La voix off d'O nous présente les différents protagonistes, parfait pour une meilleure compréhension, mais l'intrigue traine un peu, on cherche où va l'histoire... On ne s'ennuie pas mais il s'en faut de peu. Heureusement, l'apparition de Lado, incarné par le génial Benicio Del Toro arborant fièrement une horrible moustache et une coupe à l'est allemande, lance vraiment le film. C'est un personnage magnifique; il est complètement détraqué, sadique, imprévisible, insensible et pervers qui ne sait pas agir sans violence mais qui malgré tout possède un aspect plutôt drôle. A mon avis, c'est lui le personnage central du film. Face à lui, on a le trio vedette Blake Lively, Taylor Kitsch et Aaron Johnson. Commençons par celle qui nous intéresse le moins: Blake Lively. Je l'ai sentie en trop entre Ben et Chon; elle est aussi charismatique qu'une huître et j'en suis venue à me demander pourquoi ils tenaient tant à la récupérer vu qu'elle ne sert pas à grand chose. Elle n'est que le prétexte de la débauche de violence à venir mais sinon elle n'a aucun intérêt, la pauvre. En revanche, la relation qu'entretiennent Ben et Chon est mille fois plus intéressante. M'est avis qu'ils sont bien plus attachés l'un à l'autre qu'à O, mais qu'ils ne veulent pas se l'avouer. Et puis il y a une véritable alchimie entre les personnages qui sont parfaitement complémentaires. D'un côté, Ben et ses dreadlocks qui veut faire le bien de tous, de l'autre, Chon, ex militaire, est une véritable bombe à retardement. Ils sont comme des âmes soeurs: une personne qui vit dans deux corps différents. Aaron Johnson est très bon mais j'ai une préférence pour Taylor Kitsch qui est la virilité incarnée.

movies_savages_still_1

De temps à autre, une espèce de second degré émerge et l'incongruité des passages drôles au milieu d'un moment dramatique rend les passages violents plus acceptables, surtout dans la deuxième partie du film.

J'ai été un peu gênée par les deux scènes torrides consécutives à dix minutes du début du film. Le peu de subtilité qui existe dans le triangle amoureux Ben/Chon/O a été balayé par deux parties de jambes en l'air qui, n'ayant pas vraiment de raison d'être (à part admirer la plastique sympathique d'Aaron Johnson ou le derrière rebondi de Taylor Kitsch), tombent dans une sorte de voyeurisme dérangeant.

20192083_JPG-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

En fait, le début de Savages est un peu raté; il ne se passe rien, mais grâce à une belle brochette d'acteurs dont Salma Hayek et Benicio Del Toro, la deuxième partie devient beaucoup plus intéressante.