le-jou10Orgueil et Préjugés, roman de Jane Austen paru en 1813, est devenu l'histoire culte de la rencontre entre l'espiègle Elizabeth et l'orgueilleux Fitzwilliam Darcy. Grand classique de la littérature anglaise, il a été adapté plusieurs fois à la télévision et au cinéma et génère toute une littérature inspirée du roman.

Le Journal de Mr Darcy propose de donner le point de vue de ce dernier sur les moments clefs d'Orgueil et Préjugés sous la forme d'un récit à la première personne. 

Je tiens à souligner l'énorme prise de risque d'Amanda Grange qui s'attaque à l'un des plus grands héros romantiques de la littérature anglaise car elle a autant de chance de plaire que d'être détestée. Darcy est une sorte d'archétype de l'idéal masculin, c'est presque un dieu, il est intouchable. Alors proposer d'entrer dans son intériorité est très dangereux. Bien sûr que c'est tentant de découvrir ses plus intimes pensées, mais la peur de la déception est grande elle aussi. 

Amanda Grange a un style vraiment très agréable et lire son roman a été très plaisant à partir du moment où l'on conçoit que c'est une oeuvre sans prétention, plus le travail d'une fan que le pendant d'un classique littéraire. C'est très fidèle au roman de base, mais on dirait que l'auteure ne fait pas de grands efforts d'imagination pour lier les moments importants entre eux, c'est bien dommage. Parfois, d'autres passages semblent tout droit sortis des adaptations télévisées ou cinématographiques, comme s'il n'était plus possible d'en faire abstraction; ce que je peux tout à fait concevoir, puisque la Darcymania a commencé avec le cinéma. 

Cela mis à part, la seule chose qui m'a un peu dérangée a été de voir Darcy dépeint comme un homme un peu trop sentimental. Ses pensées ne sont tournées que vers Elizabeth, ça peut devenir légèrement lassant, et heureusement que c'est Darcy parce que sinon on pourrait croire le personnage un peu psychopathe. Voir Darcy presque gaga devant Elizabeth porte un peu préjudice au mythe si l'on prend ce roman pour argent comptant. Mais ce qui m'énerve le plus, c'est que j'aurais voulu y penser avant Amanda Grange!

Pour le reste, les personnages sont semblables à ceux de Jane Austen: Lydia est une idiote qui ne fait que flirter, Wickham est un séducteur à la recherche d'une dot conséquente, lady Catherine est odieuse, etc. J'aime la façon dont est présentée l'amitié entre Darcy et Bingley. Vu le caractère et l'influence de Darcy, on pourrait croire que Bingley lui est totalement soumis. Or, selon Amanda Grange, ce n'est pas le cas, et les deux personnages en sortent grandis.

Somme toute, c'est très agréable de retrouver Darcy, même si cette facette un peu trop humaine me le rend moins attirant. De plus, c'est bien écrit seulement, pour l'apprécier, il ne faut pas nourrir de trop grandes espérances.