Le+nouveau+monde-4342En 1607, John Smith débarque en compagnie de colons anglais sur la côte est de l'Amérique du Nord, en plein coeur d'un territoire amérindien. La rencontre entre les deux peuples, entre incompréhension et peur de l'inconnu, est chaotique. Seul John Smith et Pocahontas, fille du roi Powhatan, prennent le temps de se découvrir et de s'aimer.

Ne comptez pas sur moi pour encenser ce film tant ce fut une souffrance de le regarder. Après une bonne heure de perplexité, j'ai sombré dans l'ennui le plus profond. Alors pourquoi persister me direz-vous. J'avais vraiment envie de voir ce film parce que je trouve la culture amérindienne passionnante et je pensais qu'un film sur Pocahontas serait plus complet que le dessin animé... Et bien... Non.

Pour commencer par la note positive, je dois quand même avouer que l'image et la lumière sont très belles. Pour le reste... Terrence Malik filme des arbres, puis de l'herbe, puis de l'eau, puis un indien qui court, puis un bateau, etc. Le spectateur contemple les personnages qui eux-mêmes contemplent le paysage. Tout y est passif. Les plans se succèdent sans lien et sont agrémentés de longs discours existentiels qui lassent extrêmement vite toute personne fermée à la philosophie. Comme lorsque j'ai vu les deux premières heures de La Ligne Rouge (et c'est un miracle d'avoir tenu si longtemps), j'ai été perdue par ces monologues pompeux dont je ne captais que le début ou la fin mais qui ne focalisaient jamais vraiment mon attention. D'ailleurs, je me questionne sur l'idée du scénario. Comme pour le Marie Antoinette de Sofia Coppola, il n'y a pas de "problématique"; Malik se contente d'aligner des faits sans définir une approche spécifique ce qui éveille beaucoup moins l'intérêt du spectateur que s'il avait pris position pour défendre les Amérindiens, par exemple.

le-nouveau-monde-300x200

Du coup, même si les acteurs font du bon travail, notamment Q'Orianka Kilcher, la réalisation détruit tous leurs efforts. On a envie de secouer Pocahontas et de tarter John Smith. Tous les personnages semblent fonctionner au ralenti, ce qui peut être une qualité mais pas sur 2h15 de film.

18386881

Pour conclure, j'ai l'impression que la modeste contribution Walt Disney avec ses superbes images, sa morale enfantine mais morale quand même et ses chansons devenues cultes est bien supérieure à ces heures d'ennui que Malik nous propose en revisitant, que dis-je, massacrant, un mythe.