man-of-steel-poster-movie-film-supermanClark Kent est un jeune homme doté d'une force et de pouvoirs surhumains. Mal à l'aise dans la ville où il a grandi, il part pour un périple afin de comprendre qui il est véritablement. Un jour, il découvre dans un vaisseau pris dans la glace depuis des milliers d'années qu'il est né sur la planète Krypton peu avant sa destruction et qu'il est un des derniers survivants de son peuple.

Zack Snyder n'a pas lésiné sur les moyens pour dépoussiérer ce très cher Superman. Les effets spéciaux sont exceptionnels; que ce soit pour présenter la moribonde Krypton et ses vaisseaux spatiaux ou pour détruire intégralement Metropolis. Man of Steel est plus ou moins une claque visuelle. Mais pour autant, est-ce suffisant pour en faire un bon film?

Transformer en profondeur un personnage culte comme Superman sans pour autant toucher à son essence est un exercice ardu. Superman, c'est quand même le type avec un slip rouge sur des collants bleus qui vole les poings en avant, la mèche en accroche coeur au vent. Sans vouloir froisser ses plus grands fans, Superman a toujours eu un côté nunuche et ringard. Le challenge de Snyder est de faire de Clark Kent un héros attirant et intéressant psychologiquement. Pour ce faire, il créé un nouveau design, plutôt réussi, pour son costume et choisit Henry Cavill pour l'incarner. L'acteur anglais, avec sa plastique avantageuse et son torse velu, sa crinière brune et ses yeux bleus océan, apporte une dose de virilité qui manquait cruellement à Superman.

Superman-The-Man-of-Steel-Movie-bearded-Clark-Kent-by-actor-Henry-Cavill

Un personnage plus moderne, des effets spéciaux grandioses, un casting exceptionnel, tout concorde pour faire un film dément. Et pourtant, la mayonnaise ne prend pas. Du moins pas avec moi. Concrètement, Snyder ne propose rien de nouveau. Il n'y a même pas d'histoire. En misant tout sur le visuel, il oublie complètement le scenario et aligne de nombreux clichés. La première partie sur Krypton est trop longue et Snyder perd une occasion d'attirer rapidement l'attention du spectateur (la preuve c'est que j'ai vu des spectateurs sortir de la salle de cinéma avant la fin du film). La suite avec les pérégrinations de Clark est assez poussif, à part un ou deux sauvetages. Et pendant toute la deuxième partie, le spectateur est littéralement submergé par les scènes d'action qui sont époustouflantes mais qui ne laissent absolument aucun répis. Du coup, le film est complètement déséquilibré entre un début mollasson et une fin survoltée.

Le casting, comme je l'ai dit, est génial mais totalement sous-employé. J'ai déjà évoqué Henry Cavill, tout en classe britannique, que j'aime beaucoup et qui donne un coup de fouet à son personnage. Amy Adams est une demoiselle en détresse tout à fait convenable, mais elle a pris la mauvaise habitude de tomber du ciel sans arrêt. Kevin Costner et Laurence Fishburne sont quant à eux presque anecdotiques, c'est dommage pour des acteurs de leur classe. Celui qui s'en sort avec les honneurs est Michael Shannon, le méchant de l'histoire. Malgré une armure très jeux vidéos, il reste assez sobre dans la bad guy attitude, ce qui contraste avec le too much du reste du film.

man-of-steel-blog-jpg_204653

Autre point négatif, la musique bien trop présente et qui tombe presque dans le cliché avec les violons pour les scènes dramatiques et la batterie en mode suspense pour les moments de tension.

Dernière chose. Ce n'est pas parce qu'on plonge dans les méandres de l'esprit d'un personnage torturé que cette plongée ne peut pas être drôle par moments. J'ai l'impression que Snyder adopte les mêmes travers que Nolan en prenant son film trop au sérieux. Il y a même un côté prétentieux derrière tout cela. Un peu d'humour n'est pas nuisible. Au contraire, c'est un bon moyen de relâcher la tension. Faire de Clark Kent un bonnet de nuit pour le rendre plus crédible ou plus légitime n'est pas forcément une bonne solution.