19593496

L'histoire: Lors d'un cambriolage qui tourne mal, Clyde Shelton assiste, impuissant, aux meurtres de sa femme et de sa fille. Les coupables sont arrêtés. L'un est condamné à mort mais l'autre, suite à un défaut de procédure, passe un marché avec le procureur et n'écope que de quelques années de prison. Dix ans plus tard, l'exécution du premier est un fiasco tandis que le second est retrouvé découpé en vingt-cinq morceaux.

Le pitch de ce film était tellement mal écrit que je n'avais pas du tout envie de le voir jusqu'à ce que j'en trouve un extrait dans cette émission: Top 10 Unconventional Movie Weapons. Là, j'ai commencé à penser que le face à face Gerard Butler Jamie Foxx pouvait être intéressant. Même s'il s'agit d'un énième film sur la vengeance, l'angle d'approche n'est pas commun et l'intrigue est terriblement efficace, bien qu'elle perde en crédibilité sur la fin. Certaines scènes sont très brutales, et j'ai craint un moment que l'on ne tombe dans le film d'horreur mais l'excès de violence s'est transformé en une sorte de guerre psychologique entre Clyde Shelton (Gerard Butler) et Nick Rice (Jamie Foxx). 

Quejusticesoitfaite7

Au début du film, Clyde Shelton est un homme détruit par la perte qu'il a subie. Il est perdu et ne comprend pas comment un meurtrier peut être relâché au bout de trois ans de prison. On le retrouve dix ans plus tard en froid calculateur décidé à éliminer tous ceux qu'il estime responsables, à commencer par les deux coupables. Celui que l'on prenait pour un gentil père de famille se révèle être un assassin machiavélique, implacable et terrifiant, aux manières plus que brutales. Il n'y a aucun suspense en ce qui concerne l'identité du responsable des différents meurtres qui jalonnent le film, mais la tension monte quand la vague d'assassinats continue alors que Shelton a été mis derrière les barreaux. C'est fascinant de voir Nick Rice se débattre dans des situations que Clyde a calculées depuis le début. L'intelligence de Shelton est redoutable et Rice réalise qu'il n'est qu'une marionnette toujours trop tard. C'est pour ça, entre autres, que la fin est totalement bâclée, parce qu'elle nie les capacités intellectuelles de Clyde. Mais je n'en dirai pas plus pour vous épargner les spoilers. 

Autant le dire tout de suite, le gagnant du face à face entre les deux acteurs principaux est Gerard Butler. Il excelle dans le rôle de Clyde Shelton. D'abord père de famille aimant, il est ensuite dévasté puis manipulateur de sang froid à la limite de la folie. Et il est crédible dans chacun de ces rôles. Tout en conservant un fort capital sympathie auprès du spectateur. A côté, Jamie Foxx est convenable mais sans plus. Le charisme de Butler lui fait un peu d'ombre et le personnage de Nick Rice est plutôt désagréable. Les seconds rôles n'ont rien d'extraordinaires, à part Colm Meaney peut-être.

19177352_fa1_vf

J'ai vu pas mal de critiques outrées par ce film qui met à mal la justice américaine, soit disant parce qu'il fait l'apologie de la vendetta ou de la loi du Talion (oeil pour oeil, dent pour dent)... C'est vrai que Clyde ne fait pas dans la dentelle et que sa vengeance prend des proportions énormes quand il s'attaque à un juge ou au maire. Mais ça reste un film! C'est juste un thriller bien fichu qui souligne les failles du système judiciaire américain et les utilise pour en faire un divertissement avec des explosions, des meurtres et du sang. Je ne vois pas où est l'idéologie là-dedans. ça m'a rappelé un schéma sur ce qu'un auteur veut dire et ce qu'on pense qu'il veut dire. Il concerne la littérature mais on peut facilement l'adapter au cinéma. 

the-curtains-were-blue