19001284_jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

L'histoire: Georgiana est une jeune femme espiègle et joyeuse sur laquelle le duc du Devonshire jette son dévolu. A présent duchesse, elle devient le centre d'attention de la vie mondaine londonienne. C'est elle qui fait et défait la mode, partout où elle va, on la suit... Elle est belle, jeune et charismatique. Mais le visage enjoué qu'elle montre à ses contemporains ne sert qu'à masquer sa vie de couple misérable.

J'avais beaucoup d'espoirs concernant ce film. Certains ont été récompensés mais la plupart ont été déçus. C'est exactement le même syndrome que le Marie Antoinette de Sofia Coppola. L'emballage du biopic est sublime ; les costumes sont admirablement reconstitués dans les moindres détails, les décors sont fastueux... L'ensemble brille, éblouit, émerveille. C'est beau comme un tableau de Fragonnard. Seulement, on ne fait pas un film qu'avec de superbes robes. Et encore une fois, il n'y a pas de véritable fil conducteur. On prend juste une personne et on raconte son histoire d'un point à un autre en abordant divers thèmes comme la nécessité d'un héritier, le viol légal (le mariage), l'opinion publique, un peu de politique, un peu d'amour maternel, un peu de passion,...

18982353_jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Malgré la tristesse de son histoire, je n'ai pas compris l'intérêt de s'attacher au personnage de Georgiana en particulier. [Après une petite errance sur le net, j'ai appris son lien de parenté avec Lady Diana. L'histoire de cette duchesse trouve des résonnances dans celle de la princesse. Mais bon, quand on n'est pas au courant de l'arbre généalogique de Lady Di...] Les mariages forcés et malheureux sont légions depuis des lustres, alors pourquoi s'intéresser à celui-là ? On ne peut nier le rayonnement de la duchesse du Devonshire, son intelligence, sa culture, son esprit,... mais honnêtement, ce n'est pas franchement mis en avant dans le film. Au lieu de ça, on a un enchaînement de moments pathétiques que n'importe quelle autre femme prise dans la même situation peut vivre. La nuit de noces qui tourne au calvaire, l'ignorance d'un mari volage, le ménage à trois,... C'est tragique, je le sais bien, mais à aucun moment je n'ai réussi à éprouver de la sympathie ou de l'empathie pour cette femme. L'omniprésence de la duchesse nuit même à sa propre histoire d'amour avec Charles Grey, futur premier ministre avec lequel elle a un enfant. Excusez-moi pour ma vulgarité mais merde, elle tombe amoureuse de lui, il leur faudra des années pour conclure, elle doit renoncer à lui pour garder le droit de voir ses enfants, ça devrait être puissant ! Mais non... Ils ne sont pas souvent mis en présence, leur attirance est grossièrement soulignée, la déclaration est charmante mais sans plus. Heureusement que Dominic Cooper a un minimum de charisme pour sauver cette passion torpillée par la réalisation.

fb22cc70963cccb2b1b178da4f46d8fd

Et puis il faut dire que l'interprétation de Keira Knightley n'aide en rien. Je l'aime beaucoup, mais elle joue comme un pied. Les plans qui se concentrent sur son visage vide de toute expression et sa mâchoire crispée ne créent aucun sentiment. Elle a toujours la même expression pour exprimer le chagrin, le désespoir ou la colère. Du coup, on a vite fait le tour de sa palette de comédienne. Heureusement que Ralph Fiennes est là pour rattraper le coup, même s'il semble un peu absent. Il parvient à être odieux sans se départir de son flegme ; il est froid et détestable, et par moments, très humain. Hayley Atwell et Dominic Cooper auraient pu avoir des rôles intéressants si on leur avait laissé plus de place pour s'exprimer.  

Globalement, c'est beau mais lent et un peu ennuyeux. On tourne souvent en rond, entre les grossesses de Georgiana, sa haine pour son mari, ses fuites puis ses retours. Au final, on ne montre pas une femme qui se bat. Elle se débat un peu, tente une aventure extra conjugale, rue un peu dans les brancards avant de renoncer et de retourner dans sa prison dorée. C'est peut-être ça qui m'a agacée. Elle revendique le droit d'aimer mais ne se bat pas pour le défendre, préférant préserver les apparences en vivant avec la maîtresse de son mari et en élevant une de ses filles illégitimes. J'attendais quelque chose de plus romanesque.