289815

L'histoire: A Détroit, en 2018, la criminalité est telle que la municipalité construit un mur autour de Brick Mansions pour couper ce quartier dangereux du reste de la ville. Damien, policier de la DEA, est chargé d'y entrer pour infiltrer le gang de Tremaine pour récupérer une arme de destruction massive.

Je vais être très brève puisque de toute façon ce film ne mérite pas que l'on passe un temps fou à chercher des arguments pour l'attaquer ou le défendre. Ce n'est pas très bon. L'idée d'une enclave à haut risque au milieu d'une ville n'a rien d'original et rappelle The Raid, pour ne citer que le plus récent. Autour de cette base se construit ce que l'on peut à peine considérer comme un scenario décent. L'histoire, prévisible de bout en bout, ne fait que passer les plats entre deux séquences d'action trop chorégraphiées, au point de paraître dansées. Les acteurs sont trop lents pour être crédibles quand ils se battent, leurs adversaires attendent bien gentiment leur tour pour les attaquer un par un,... Arrivée à un certain point, je me suis presque ennuyée au milieu de toute cette baston molle et mal faite. Pour finir, les dialogues oscillent entre punchlines foireuses et diarrhée verbale. Aucun intérêt.

283614

Les personnages sont caricaturaux au possible, à commencer par la nana du gang habillée comme une prostipute (pardon pour le langage) SM et qui se comporte comme une psychopathe au rabais. Ridicule. Paul Walker ne tient vraiment pas là son meilleur rôle et ne met aucune conviction dans son personnage. J'ai de la sympathie pour David Belle qui frôle le formidable au milieu de la médiocrité ambiante grâce au parkour (dont il est l'un des fondateurs) et RZA réussit à donner de la consistance à un chef de gang bourré de clichés. Par exemple, Monsieur est un gastronome qui flingue sans sourciller ses sbires incompétents entre deux cuissons.

J'ai appris que c'était le remake (dispensable?) de Banlieu 13, avec David Belle également. Je me laisserai bien tenter par la version française de ce film d'action qui se veut musclé mais qui reste désespérément pathétique. Et le pire, c'est que j'avais envie de l'aimer mais je n'ai pas pu m'y résoudre.