19802301

L'histoire: A peine rentrée de Hong Kong, la femme de Mitch Emhoff fait un malaise et meurt quelques heures plus tard à l'hôpital tandis que leur fils décède à leur domicile. Aux quatre coins du monde, des personnes présentant les mêmes symptômes tombent comme des mouches. Une dangereuse pandémie se déclare et différents organismes comme l'OMS et le CDC cherchent un vaccin pour enrayer l'hécatombe qui vient de commencer.

J'ai toujours apprécié les films catastrophe pour leur aspect spectaculaire. Leurs promesses de fin du monde n'ont rien d'effrayant car ils sont trop excessifs pour être crédibles. Il n'y a qu'à voir 2012 par exemple. Contagion est bien plus subtil parce que ce film montre en toute simplicité les ravages que peut faire un genre d'épidémie qui nous pend au nez. D'ailleurs, par les multiples protagonistes qui donnent vie à de nombreuses intrigues tournant autour du virus, ce film s'approche assez du documentaire. Sentiment accentué par le décompte des jours annonçant une nouvelle étape de la maladie ou des recherches qui lui sont liées. Bien que ce mode de narration ne soit pas mon préféré, j'ai été captivée pendant presque deux heures.

19807593

Soderbergh a très bien su rendre la dégradation et la déchéance qui découlent d'un pareil fléau. D'abord, la population est maintenue dans l'ignorance puis sombre dans la psychose. Chacun s'enferme chez soi et n'en sort que pour chercher de quoi se nourrir, ce qui provoque des émeutes et des actes de barbarie. Les rues sont désertées mais se remplissent de détritus. Ce n'est pas l'apocalypse... Pas encore... En ce qui concerne l'intrigue et les personnages, je suis plus mesurée. Par exemple, le journaliste incarné par Jude Law, à part être un sombre crétin aux chevilles enflées, n'a pas grand intérêt et ses apparitions ralentissent un peu le rythme du film. Et l'enlèvement de Marion Cotillard, qui est chargée par l'OMS de découvrir qui est le patient 0, interrompt brusquement son enquête qui était pourtant fascinante. Ce qui oblige le réalisateur à faire une analepse (un flashback) en toute fin de film pour montrer comment la contamination s'est faite. Ce rebondissement est peut-être surprenant mais ne mène à rien. Surtout qu'une fois enlevée et séquestrée dans un village de la Chine profonde, la pauvre Marion est oubliée jusqu'à ce qu'elle soit à nouveau nécessaire à l'intrigue. Pour le coup, les ficelles qui servent à la narration sont trop évidentes.

19807570

Niveau casting, c'est un petit bonheur, même si la multiplicité des rôles déshumanise un peu les acteurs. Par exemple, Matt Damon n'a pas vraiment le temps de pleurer sa femme parce qu'il est sympa, mais il faut passer à quelqu'un d'autre. J'aime quand même beaucoup le personnage de Mitch et la relation qu'il a avec sa fille. Il la surprotège par peur de la perdre mais la surprise qu'il lui réserve à la fin est adorable. Je ne peux pas citer tout le monde mais j'ai également beaucoup apprécié les prestations de Kate Winslet et Jennifer Ehle (il n'y a pas de secret, c'est la classe britannique), deux femmes dévouées à leur travail, ce qui peut avoir des conséquences dramatiques pour elles.

Contagion est donc bien loin du film catastrophe classique mais reste une excellente surprise. Une fois que vous l'aurez vu, vous ne regarderez plus une personne qui tousse comme avant!