large_pdEP081riZFGbeIP5rHWba5b9Zl

L'histoire: Pour l'enterrement de vie de garçon de Fionan, son meilleur ami, Davin organise un week-end de randonnée dans les profondeurs de l'Irlande. Seule ombre au tableau, la future mariée a invité son frère, surnommé The Machine, à accompagner les deux compères et leurs amis. La nature excentrique de The Machine n'est pas du goût de tous et le séjour s'annonce plus mouvementé que prévu.

Après avoir lu ce pitch, je suppose que vous vous dites que ce film n'a rien d'original et que ce thème a déjà été repris des dizaines de fois, comme avec Mes Meilleures amies. Qu'il s'agisse d'hommes ou de femmes, on s'attend plus ou moins aux mêmes thèmes : les secrets, le ressentiment, l'amitié plus forte que tout... Si je vous disais que The Bachelor weekend nous épargne tout cela, je mentirais. Cela dit, l'intrigue - à défaut d'être innovante - est très bien menée parce que le scénario des plus classiques permet d'explorer de manière plus intéressante la personnalité des personnages qui participent au voyage.

the_bachelor_weekend

Ces six hommes n'ont rien d'exceptionnel ; ce ne sont pas des aventuriers - Fionan est même plutôt métrosexuel - et les deux jours qu'ils passent en pleine nature vont révéler beaucoup de choses chez eux. Rien ne se déroule comme prévu et ces messieurs Toutlemonde doivent surmonter différentes épreuves qui vont les mettre à nu, au sens propre comme au figuré. Ainsi, les scènes de dialogues sont entrecoupées de moments un peu barrés, voire complètement loufoques lorsque les six amis courent les fesses à l'air dans la forêt en plein milieu de la nuit, au mois de Novembre. Cette scène est tout simplement hilarante. C'est à partir de certains passages que les personnages se dévoilent : le caractère ulcérant de The Machine cache habilement une empathie inattendue, les yeux de Fionan sont enfin décillés sur ce qu'il refuse de voir depuis des années, Davin cesse de porter un masque, les Kevin (le frère de Fionan et son petit ami) comprennent qu'ils n'ont pas à se considérer comme des parias, Simon entrevoit des solutions pour surmonter sa déprime. La bande de copains est incarnée par un très bon casting (100% Irish), notamment l'excellent Andrew Scott - qui joue la carte de la sensibilité pour le rôle de Davin - et l'irritant Peter McDonald (bon, je vous avoue que j'ai tout de suite apprécié The Machine, malgré les préjugés des autres garçons à son encontre et ses bizarreries). Il y a une véritable alchimie entre les personnages et leurs interactions sont vraiment agréables à regarder/écouter, même quand il s'agit de débats tellement inutiles qu'ils en deviennent comiques. Le détail rigolo? Impossible de nier le lien de parenté entre Brian Gleeson et son père, Brendan, tellement les deux hommes se ressemblent.

bachelor

Le contexte est aussi un grand atout du film. La randonnée permet de (re)découvrir les paysages irlandais qui ne sont pas particulièrement grandioses mais qui ont le mérite de dégager quelque chose d'authentique. Le tout est accompagné de gigues et de morceaux de U2 chantés a capella par The Machine, qui est un fervent admirateur du groupe. La comédie - presque toujours présente mais jamais de façon trash - est contrebalancée par de beaux moments d'émotion dont le plus notable est celui où Davin chante "On Raglan Road". 

 Je n'attendais pas grand chose de The Bachelor Weekend et j'ai passé un excellent moment que je suis ravie de partager avec mes lecteurs. C'est une comédie comme on les aime, avec des personnages authentiques et sympathiques, de bons dialogues et des scènes drôles (sans mention de matières fécales ou de gonades). Je crois qu'il a été projeté dans des festivals en France mais qu'il n'a pas bénéficié de sortie au cinéma. En même temps, lui donner le titre très "vendeur" de Weekend de débauche l'a sabordé. Dommage, il vaut le coup d'oeil.