en-matiere-d-affiche-lugubre-deux-soeurs

L'histoire: Su-Mi et Su-Yeon reviennent vivre chez leur père dans une maison isolée au bord d'un lac. Très vite, les relations entre les deux jeunes filles et leur belle-mère semblent tendues. Aucune ne se sent véritablement à l'aise. Est-ce la présence des autres qui est oppressante, ou bien l'atmosphère lugubre qui règne dans la maison qui rend ses habitants fous.

Film de fantômes? Drame psychologique? Thriller? Impossible de qualifier Deux Soeurs. Trop profond pour être un film d'horreur classique, il est aussi trop fantastique pour être un simple thriller. Kim Jee Woon prouve une fois de plus son habileté de cinéaste en créant un film hybride à la croisée des genres mais parfaitement maîtrisé. Ainsi nous avons un huis-clos dans une vieille bâtisse qui cache de nombreux secrets, une curieuse présence qui rôde entre ses murs, à l'affût. Voilà pour l'aspect fantastique. D'autre part, les relations conflictuelles entre les protagonistes apportent une autre lecture. La marâtre est une superbe femme qui semble se trouver au bord de la folie. La soeur cadette, Su Yeon, est si timide qu'elle en paraît légèrement attardée. La soeur aînée, Su Mi, est si protectrice qu'elle en devient terrifiante. Les trois femmes s'affrontent sous le regard presque absent du père, fatigué par ces querelles incessantes.

Que va-t-il se passer? Et que s'est-il déjà passé? Où se terminent les souvenirs? Où commence la folie? Est-ce une hallucination?

camisolevo8

L'esthétique du film est parfaite. Les images et la lumière sont vraiment très belles. L'action est assez lente mais Kim Jee Woon parvient à instaurer des moments de tension insupportables, des passages oppressants qui ont réussi à m'angoisser alors que ce n'est pas dans mes habitudes. L'atmosphère est étouffante à souhaits et on a beau savoir qu'il va se passer quelque chose d'effrayant, on se fait invariablement suprendre. Pour tout dire, j'ai même fait un bond en regardant une scène particulièrement réussie (ça non plus, ça n'est pas dans mes habitudes). Le fantôme est un thème récurrent dans le cinéma asiatique mais Kim Jee Woon rompt avec la tradition en faisant douter le spectateur sur l'existence de l'esprit en question. Puisque les personnages paraissent un peu fous, pourquoi ne serait-ce pas une invention de leur esprit? Bien sûr, la fin apporte toutes les réponses nécessaires. Toutes, vraiment? Non. Comme dans A Bittersweet Life, il existe une légère marge de réflexion pour le spectateur. Une réflexion dénuée de cette frustration que l'on éprouve quand on sait que l'on n'a pas tout compris. 

12570810

Les actrices sont impeccables. Elles sont très gracieuses, élégantes. Je ne sais pas si c'est typique du cinéma coréen, ou si c'est dû à la réalisation, mais c'est rafraichissant. Mention spéciale pour Yeom Jeong A. En plus d'être magnifique, elle tient merveilleusement son rôle de belle-mère à la fois froide et cinglée. 

Malgré l'affiche - et contrairement aux habitudes du réalisateur - ce n'est pas un film très sanglant. Mais ce n'est pas pour autant qu'il est regardable par tout le monde. Ames sensibles, s'abstenir! Deux Soeurs prouve que ce n'est pas ce qui est montré qui est le plus effrayant, mais ce qui est suggéré. Et ce que j'admire chez Kim Jee Woon, c'est qu'il parvient à glisser de la poésie dans un film un peu glauque, où la souffrance est omniprésente. La dernière image du film, même si elle est triste, efface toute l'angoisse que l'on a pu éprouver et apaise le pauvre spectateur aux nerfs éprouvés que nous sommes. 

Je ne peux malheureusement pas m'étendre sur le sujet sans dévoiler les divers retournements de situation donc dépêchez-vous de le voir, qu'on puisse en discuter!